Quand tout semble perdu

Publié le par Gilles Vidal

Dans la famille Nouvelles, je demande toujours les courtes et je dois dire que Pascal Dessaint m’a bien servi (après tout, il vaut mieux faire envie que pitié). D’un papillon hésitant à un forcené décidé à fuir la vie, en passant par une érection rassurante, des oiseaux en veux-tu en voilà, une balançoire tueuse et j’en passe, nous avons ici du noir sur noir, à la Soulages. Mais c’est ce qu’on aime, le noir, n’est-ce pas, surtout quand l’écriture et le style sont là. Le noir littéraire pour être plus précis, avec de l’humour en plus, car ça fait pas de mal aussi, l’humour, non ? Finalement, la morale de tout cela, c’est que chacun de nous a besoin d’« une infime chance, c’est ce que tout le monde espère quand même, lorsque tout semble perdu ». Un recueil à déguster par petites touches.

 

Jusqu’ici tout va mal, nouvelles de Pascal Dessaint, Éditions La Déviation, 2022, 140 p. 12 €.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article